Mini et le Monte-Carlo

Pour la Mini, la folle époque du rallye Monte-Carlo a été un énorme succès, entre 1964 et 1967. Le début d’une telle aventure repose sur un homme, John Cooper.

Mini-Anecdotes-9
John Cooper en 1994 au coté d’une Mini.

John Cooper, c’est l’homme qui avait vu les capacités sportives de la Mini, celui qui a travailler et essayer longuement de convaincre Alec Issigonis pour faire la Cooper. Ce projet est élaboré durant l’année 1963 et les premiers tours de roues au rallye Monte-Carlo sont réalisés l’année suivante.

Nous sommes donc en 1964, la Mini est une petite nouvelle et les résultats sont satisfaisants. Elle est souvent rattrapée par ses concurrentes plus puissantes mais lors des virages, le côté agile de la petite Mini fait ses preuves.

post-3-0-87639300-1482950840
Mini Cooper S numéro 37 de Paddy Hopkirk en 1964.

L’édition 1965 est celle où les Mini vont montrer que ce sont elles qui dominent, avec un nouveau moteur, le 1275 cm2 de 90ch et pas moins de six Mini engagées. John Cooper est fier de voir que sa petite bombinette anglaise dépasse certaines grosses américaines. Petit clin d’oeil à cette Mini qui fait aussi la page d’accueil de notre site internet.

miniforever-mc65-makinen-easter-big.jpg
Mini Cooper S numéro 52 de Timo Makinen en 1965.

L’édition 1966, ou plutôt la pièce montée de Carlo, vient brouiller un peu plus le rallye. Des nouveautés sur les plans de concentrations, sur les tracés et les règlements viennent couper le bonheur de la BMC pour ces victoires. Coup monté ou simple hasard ? La BMC reste sur ces gardes avec les organisateurs monégasques.

makinen-easter1
Mini Cooper S numéro 2 de Timo Makinen en 1966.

Cette édition est normalement gagnée par Timo Makinen mais le coup monté refait surface. Lors de la célébration de la victoire, Timo entre en vainqueur, et les juges de la course démontent des parties de certaines voitures. Dix voitures dont les quatre premières sont hors classement ! Timo est donc fou de rage dès le moment où on lui apprend que la Mini ne répond pas au règlement pour une histoire d’éclairage non conforme. Les différences d’éclairages entre la France et l’Angleterre n’ont pas fait défaut avant la course, mais le sont après, mystère… La victoire est donc donnée à Pauli Toivonen avec sa DS 21.

Il est à noter que la BMC à accepter « l’échec » mais les ventes ne font qu’augmenter depuis le début de l’histoire Mini au Monte-Carlo.

post-3-0-03692600-1421162083
Mini Cooper S numéro 177 de Rauno Aaltonen en 1967.

Après cette édition assez riche en rebondissements, l’année 1967 sera celle de la revanche. On notera une autre victoire pour la Mini, toujours aussi motiver pour participer même après un coup monté. La neige demande un certain doigté au pilotage et c’est ce qui permettra à Aaltonen, seul encore en course, de décrocher la victoire.

miniforever-1967_rallye_monte_carlo_rauno_aaltonen-big
Aaltonen sortant de sa Mini étant heureux de sa victoire.

En 1968, la Mini est toujours en course avec deux engagés, Aaltonen qui finira 3ème au classement général et Makinen qui finira 55ème. Cette année est assez rude mais les efforts donnés ne payeront malheureusement pas. La concurrence est redoutable et la petite Mini n’arrive plus à s’imposer face à des monstres de puissance presque aussi agile qu’elle.

1801
Mini Cooper S numéro 18 de Rauno Aaltonen en 1968.
miniforever-orx77f-makinen-easter-big
Mini Cooper S numéro 7 de Timo Makinen en 1968.

La Mini avait les compétences pour gagner de nombreuses victoires, mais les concurrentes souvent battues sur leurs terres, n’ont pas voulu laisser la BMC s’imposer sur ce terrain. En particulier, Porsche venu avec sa nouvelle 911.

La fin d’une époque, la British Motor Corporation retire les Mini des rallyes mais laisse une trace dans l’histoire, un mythe, la capacité à cette époque de voir une voiture populaire battre les plus grands noms de l’automobile.

Depuis, nous avons vu tout un ensemble d’éditions spéciales de la Mini pour marquer ces victoires, même aujourd’hui cette tradition est conservée. Ces éditions ont toujours été marquantes, par leurs équipements, leurs spécificités, leurs originalités et surtout vendeuses ! Les clients de la Mini sont très fans de ces éditions-là.

À retrouver dans la section « Éditions Spéciales » !

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :